* Des conseils pour la préparation (30 minutes)

N'oubliez pas votre montre !

1. Relisez le texte tout en retrouvant sa structure (mettre des barres au crayon à papier, par exemple)
2. Notez sur le brouillon, en aérant bien, le plan de l'explication.
3. Pour chaque sous-mouvement, surlignez deux ou trois mots dans le texte, sur lesquels vous vous appuierez pour l'explication ;
4. Complétez, sur le brouillon, quelques idées-clefs qui permettent d'interpréter les mots surlignés dans le texte ;
5. Ecrivez, sur le brouillon, l'introduction : amorce, grands mouvements et projet de lecture (le plan est déjà écrit sur le brouillon) ;
6. Rédigez sur le brouillon la conclusion : bilan des parties (qui répondent au projet) et ouverture.
8. Répondez à la question de grammaire ;
9. Préparez le plan de votre présentation du livre choisi pour la deuxième partie de l'oral (auteur - oeuvre - lien oeuvre-parcours - justification du choix). Écrivez des mots clefs et non des phrases complètes.
10. Relisez le texte calmement.
11. On vous appellera quand ce sera votre tour : allez vous asseoir à la table en face de votre examinatrice avec le texte annoté, la question de grammaire et le brouillon.

=> Votre examinatrice vous dira que vous pourrez commencer : à vous de jouer ! On vous interrompra après 10 minutes (normalement après l'explication) pour faire entrer le candidat suivant, puis vous reprendrez la parole pour la question de grammaire et la présentation de l'oeuvre.

  • QUELQUES QUESTIONS POUR L'ENTRETIEN :

Si vous deviez faire l'adaptation au cinéma de cette oeuvre, quelle scène particulièrement marquante choisiriez-vous pour la bande annonce ?
Le personnage principal est-il un héros ? Pourquoi ?
Expliquez le titre de l'œuvre. Pouvez-vous en trouver un autre ?
Le lecteur peut-il s'identifier à un personnage ? Lequel ?
Quel sens donnez vous à la fin de l'œuvre ? Etait-elle prévisible ? Pourquoi ?
Que diriez-vous pour inciter un camarade à lire cette oeuvre ?

  • QUELQUES QUESTIONS DE GRAMMAIRE :
  • Faites l’analyse de la phrase ci-dessous :

1. Distinguez les propositions
2. Donnez la classe grammaticale et la fonction de la proposition subordonnée circonstancielle.

/Quand je considère l'impression [que ma rivière de Dordogne fait de mon temps vers la rive droite de sa descente/, et /qu'en vingt ans elle a tant gagné, et dérobé le fondement à plusieurs bâtiments/, /je vois bien/ /que c'est une agitation extraordinaire/" Montaigne "Des Cannibales" Essais, I, 31.

La phrase est composée de 5 propositions (en fait, il y en a 6 avec "et <a> dérobé" mais on ne vous en voudrait pas de ne pas l'avoir vu).
La proposition subordonnée circonstancielle appartient à la classe grammaticale des propositions subordonnées conjonctives (avec la conjonction "quand") ; elle a pour fonction : complément circonstanciel de temps.

  • Analysez la phrase ci-dessous :

1. A quel type d’interrogation avons-nous affaire ?
2. Donnez-en deux caractéristiques.

"LE COMTE : Ne serait-ce point lui que je viens de voir sortir d'avec vous ?" Marivaux, Les Fausses Confidences, acte I, scène 5.

C'est une question directe et totale.
On le remarque par l'emploi du point d'interrogation et de l'inversion du sujet.

  • Analysez la phrase ci-dessous :

1. A quel type d’interrogation avons-nous affaire ?
2. Transformez la phrase en interrogation indirecte.

"MARTON : - Et qu'a-t-elle répondu ?" Marivaux, Les Fausses Confidences, acte III, scène 3.

C'est une question partielle (pas de réponse oui/non).
"Je me demande ce qu'elle a répondu."

  • Analysez la phrase ci-dessous :

1. Distinguez les propositions
2. Donnez la nature de chacune d’entre elles.

« /De grands yeux noirs, /qui, dans les moments tranquilles, annonçaient de la réflexion et du feu/, étaient animés en cet instant de l’expression de la haine la plus féroce./ », Stendhal, Le Rouge et le Noir, I, chapitre 4.

Il y a deux propositions : une proposition subordonnée relative : "qui, dans les moments tranquilles, annonçaient de la réflexion et du feu" (complément de l'antécédent : « yeux ») et une proposition principale "De grands yeux noirs étaient animés en cet instant de l'expression de la haine la plus féroce".

  • Analysez la phrase ci-dessous :

1. Distinguez les propositions ;
2. Donnez la nature de chacune d’entre elles.

"Tu lis les prospectus les catalogues les affiches qui chantent tout haut", Guillaume Apollinaire, Alcools, "Zone".

Il y a deux propositions : une proposition principale : "Tu lis les prospectus les catalogues les affiches" et une proposition subordonnée relative : "qui chantent tout haut" (antécédents : prospectus, catalogues affiches)