La poésie est le genre littéraire, tandis que le poème est l'oeuvre de poésie, un texte relevant de la poésie.

La "poésie" vient du grec poïeïn : créer, inventer. La poésie est avant tout un langage différent du langage quotidien, privilégiant l'expression personnelle, subjective, à la clarté du message. L'étymologie nous rappelle la quête perpétuelle des poètes pour créer un autre langage.

  • Aux origines de la poésie : l'Antiquité

Dans l'Antiquité greco-latine, la poésie est associée à plusieurs figures : celles des muses, menées par Apollon. Elles inspirent les poètes qui les invoquent, chacune dans sa spécialité : Calliope pour la poésie épique, Erato pour la poésie amoureuse, Melpomène pour la tragédie, Thalie pour la comédie etc.

Le Parnasse de Raphaël, 1511.

Une autre figure importante de la mythologie est Orphée, l'inventeur de la poésie lyrique (il s'accompagnait de sa lyre) : il était capable de charmer tous les êtres ; ce don lui a même ouvert la porte des enfers où il s'est rendu pour ramener sa bien-aimée Eurydice.

Orphée charmant les animaux de François Boucher, 1740.

La poésie de l'Antiquité est d'abord orale. L'épopée chante les aventures des dieux et des héros. L'Iliade et L'Odyssée d'Homère sont les premiers longs poèmes de l'Antiquité occidentale (VIIIe siècle avant J.-C.) La poésie, qui fonctionnait sur un rythme codifié fait de voyelles longues et brèves qui se répétaient, était utile aux aèdes (les poètes qui se déplaçaient de place en place pour chanter les aventures des héros) pour la mémorisation. Elle avait une fonction mnémotechnique.
Les vers étaient présents dans plusieurs genres : l'épopée, mais aussi le théâtre (tragique et comique), l'élégie (la poésie lyrique et mélancolique)...

La poésie gréco-latine est très variée : Sappho (poétesse grecque) chante l'amour, au VIe siècle avant J.-C., Ovide et Horace (poètes latins) composent des poèmes lyriques ou satiriques.

Ulysse et les Sirènes.

  • Le Moyen Âge : du trouvère au poète

Les trouvères perpétuent la tradition de l'Antiquité : au XIIe siècle, La Chanson de Roland est une "chanson de geste" héritière des épopées antiques, écrite en décasyllabes ("geste" désigne ici les hauts faits guerriers).
A cette époque, les "romans" (récits écrits en langue romane et non en latin), sont aussi écrits en vers, le plus souvent en octosyllabes : c'est le cas du Roman de Renart ou des romans de chevalerie comme Yvain ou Le Chevalier au lion de Chrétien de Troyes. C'est Le Roman d'Alexandre, rédigé en vers de douze syllabes, au XIIe siècle, qui a donné son nom aux alexandrins.


Le manuscrit du Roman de Renart montre bien que le récit écrit en langue romane est rédigé en vers et non en prose.

Ballades et rondeaux sont d'autres formes poétiques qui se développent. La poésie courtoise, inspirée par la fin'amor (l'amour parfait), exprime l'amour du poète à la "dame" aimée. Charles d'Orléans (XVe siècle) en est un représentant. François Villon (XVe siècle) quant à lui, écrit une poésie donnant un regard personnel sur le monde (notamment dans son Testament écrit en prison).



La poésie courtoise illustre la fin'amor (l'amour parfait).


  • Le XVIe siècle : le renouvellement de l'écriture poétique

Les poètes de la Pléiade s'inspirent de la poésie antique et de la poésie italienne de la Renaissance (ils empruntent le sonnet à Pétrarque, poète du XIVe siècle). ils veulent donner au Français ses lettres de noblesses, encouragés par François Ier. Ronsard est le "Prince des poètes" grâce à sa poésie lyrique, amoureuse, mais il écrit aussi La Franciade, un long poème à la gloire de la France. Du Bellay est l'auteur d'une poésie élégiaque (triste), mais aussi satirique sur la vie de cour, dans ses Regrets.

Dans la deuxième moitié du siècle, les guerres de religion donnent naissance à une poésie plus sombre : Agrippa d'Aubigné, qui s'est battu du côté des protestants, offre une vision apocalyptique et imagée du monde dans ses Tragiques, qui annoncent le baroque.

Le Massacre de la Saint-Barthélémy le 24 août 1572, de François Dubois.

  • Le XVIIe siècle : de l'onde baroque à la ligne classique

Le baroque : l'instabilité du monde est évoqué aussi bien par le thème de la mort que celui de l'eau, à travers des images frappantes et contrastées. L'Oeuvre de Chassignet est représentative de cette période.

Le Transi de René de Chalon de Ligier Richier, vers 1545, église Saint-Etienne, Bar-le-Duc.

Le baldaquin baroque de la Basilique Saint Pierre de Rome par Le Bernin (vers 1623-34) témoigne du goût des courbes et de l'exubérance propres à impressionner le visiteur.

Le classicisme : à ce goût du mouvement et de l'irrégularité succède une exigence de clarté et de mesure, que les règles de la doctrine classique doivent permettre d'atteindre. François de Malherbe ou Nicolas Boileau prônent une création poétique sous le signe de la technique et de la raison. Jean de La Fontaine met son art de fabuliste au service d'un regard souvent satirique sur l'homme et la société de son époque.

Le Tricheur à l'as de carreau de Georges de Latour, 1638.

Le château de Vaux-Le-Vicomte, qui a servi de modèle pour Versailles, témoigne du goût classique pour les lignes épurées et l'équilibre des proportions (voyez aussi le jardin à la Française).


  • Le XVIIIe siècle : la poésie en repli

Après l'effervescence du "Grand Siècle", la création poétique s'efface, au XVIIIe siècle, au profit d'autres genres littéraires (le théâtre, l'essai, le conte philosophique...)


  • Le XIXe siècle : les révolutions de l'écriture poétique

Au XIXe siècle, les formes poétiques n'ont cessé de se renouveler. Les écoles se succèdent au rythme des ruptures et des innovations.

Les ruptures du romantisme. En réaction au triomphe de la science et de la raison, le Romantismes s'attache à l'individu et à l'expression des sentiments personnels. Le monde est décrit à travers les états d'âmes et et les questionnements du poète qui chante ses "méditations poétiques" comme Alphonse de Lamartine (1820). Le thème de l'expression de soi se mêle à la tentation fantastique (le Romantisme noir) mais aussi à l'engagement politique. Ces nouvelles sources d'inspiration s'accompagnent de la libération des règles poétiques, notamment grâce à Victor Hugo qui refond l'alexandrin.

Casper David Friedrich, Voyageur contemplant une mer de nuages, 1818.

Le Parnasse veut rompre avec une exaltation du moi trop envahissante. C'est le culte de "l'art pour l'art" : les poètes recherchent la perfection formelle et ignorent les combats de leur temps. Théophile Gautier, Théodore de Banville en sont des figures majeures.

La Naissance de Vénus d'Alexandre Cabanel (1863) présente une perfection formelle.

Le symbolisme. Par opposition à la froideur du Parnasse et au matérialisme du progrès et de la science, le symbolisme invite le lecteur à déchiffrer le monde, qui ne se limite pas à ce que les sens perçoivent mais qui contient un mystère caché. Stéphane Mallarmé en est un exemple.

Jeune fille Thrace portant la tête d'Orphée, de Gustave Moreau, 1865.

La multiplication des quêtes et des innovations. Des figures poétiques majeures apparaissent, dans la seconde moitié du XIXe siècle : Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud. Inclassables, ils se sont inspiré des écoles (le symbolisme notamment), mais ont tâché surtout de tracer leur voie et de rechercher une langue poétique capable de rendre compte de la complexité de leur intériorité et de leur rapport au monde. L'écriture versifiée apparaît contraignante, ne permettant plus aux poètes de rendre compte de leur quête de sens et de liberté : Charles Baudelaire donne ses lettres de noblesses au poème en prose, inventé par Aloysius Bertrand. Paul Verlaine chante le vers impair "plus léger et soluble dans l'air". Les expériences poétiques se multiplient à la fin du siècle : Arthur Rimbaud, dont la carrière poétique est brève et fulgurante, en est un exemple frappant. Des thèmes nouveaux apparaissent aussi : Charles Baudelaire chante la ville moderne dans "Les Tableaux parisiens", une section des Fleurs du mal (1857).

Parisienne sur la place de la Concorde de Jean Béraud, 1885.


  • Le XXe siècle : la poésie en liberté

L'exploration des formes... Le XXe siècle bénéficie des révolutions du XIXe siècle et la création poétique s'épanouit désormais en toute liberté. Toute contrainte formelle a disparu, ou, plutôt, le poète s'impose ses propres contraintes, tel Guillaume Apollinaire et ses Calligrammes, ou Blaise Cendrars dans ses Sonnets dénaturés (1823). Les poètes explorent toutes les possibilités du langage : jouant avec le sens et les sonorités des mots.

La Tour Eiffel rouge de Robert Delaunay, 1911.

...et de l'imaginaire L'exploration du réel n'a plus de limites, comme en témoignent les surréalistes : André Breton, Robert Desnos se penchent sur leurs rêves, leur inconscient. Pour autant, les poètes ne négligent pas d'éclairer le réel pour en dénoncer les injustices, dans la poésie engagée, ou pour en dévoiler les beautés, comme Francis Ponge dans Le Parti pris des choses (1942).

Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt photomontage des surréalistes à partir d'une petite toile de René Magritte et des photomatons des surréalistes (1929)

La Clef des songes de René Magritte, 1929.

Mathématiques et poésie. Le groupe OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle), initié par des mathématiciens et des poètes touche-à-tout joue avec la plasticité du langage et des formules mathématiques.

Avec Cent mille milliards de poèmes, Raymond Queneau propose un recueil de poésie combinatoire en 1961.


  • Le XXIe siècle : une nouvelle donne ?

A côté des poètes "traditionnels" comme Philippe Jaccottet, Yves Bonnefoy, François Cheng et Raoul Harivoie (qui réinventent le quatrain), la "nouvelle poésie" du slam retrouve le lien avec le rythme et la musique, comme dans la poésie antique. C'est le cas chez Abd Al Malik, Gaël Faye et Capitaine Alexandre.

Abd Al Malik devant Le Jeune Noir à l'épée d'Eugène Delacroix, qui a inspiré son album de 2019.
Merci à ma chère collègue Adeline Grave pour le choix des images et le déroulement !

  • Les fonctions de la poésie par Amélie (du très bon site commentaire composé)