10 janvier 1493, Christophe Colomb arrive à Hispaniola (Haïti) gravure de Théodore de Bry (XVIe s.)

  • Le traité de géographie de Ptolémée (100-168)


Ptolémée, dans la fresque de Raphaël au Vatican L'Ecole d'Athènes
Ptolémée est représenté de dos, portant la couronne. Strabon (60av. J. C. - 20 par. J.-C.) lui fait face, tenant la sphère étoilée. (La Renaissance considère Strabon comme celui qui a mis en correspondance l’astronomie et la cartographie)
La Renaissance est marquée, au XVe siècle, par la redécouverte du traité de géographie de Ptolémée : les navigateurs sont ainsi convaincus de la rotondité de la Terre. Dias, Colomb, Vasco de Gama, Magellan et Drake entreprennent alors leurs explorations.

  • Martin Benhaim (1459-1507)


Martin Benhaim est un marin allemand, mais aussi un artiste, un cosmographe, un astronome, un philosophe, un géographe et un explorateur au service du Roi Jean II du Portugal. Ses cartes auraient influencé les explorateurs à l’ère des grandes découvertes mais il est maintenant davantage reconnu pour son Erdapfel, le plus vieux globe du monde encore existant, qu'il a conçu pour la ville Impériale de Nuremberg.

Représentation du globe Erdapfel

  • 1492 de Ridley Scott (1992) : La Scène de la découverte



  • La Controverse de Valladolid de Jean-Claude Carrière, téléfilm de Jean-Daniel Verhaeghe


Voici la conclusion de la controverse de Valladolid, un débat sur l'humanité des indiens qui opposa essentiellement le dominicain Bartolomé de Las Casas et le théologien Juan Ginés de Sepúlveda entre 1550 et 1551 au collège San Gregorio de Valladolid.


  • Sauvages, au coeur des zoos humains


Si l'attirance vers l'exotisme suscite curiosité et excitation à l'idée d'être diverti, elle n'est pas toujours bienveillante. De cette attirance témoignèrent les foires aux monstres et zoos humains où l'on exhibait des personnes sous les yeux du public.La curiosité de l'homme pour l'homme est vraiment ambiguë : elle peut inviter à la connaissance d'autrui et à l'ouverture d'esprit mais peut aussi confiner à la cruauté.
Ce documentaire retrace à travers le parcours de plusieurs personnes et un découpage historique en plusieurs périodes l’histoire des zoos humains, notamment pendant l'exposition coloniale de 1931 (cf. Cannibale de Didier Daeninckx).
Dans ces lieux on a exhibé pendant plusieurs décennies des hommes que l’on considérait comme « sauvages » : le film met en exergue une citation de Lévi-Strauss, ethnologue français du XXe s., tiré de son livre Race et Histoire : « le barbare c’est d’abord l’homme qui croit à la barbarie » et nous invite à questionner là le barbare -> qui était le plus barbare ? ceux qui étaient exhibés, les supposés « sauvages » ou celui qui les exhibait et venait les regarder, fasciné ? Que veut dire Lévi-Strauss avec cette phrase ? Que si je considère qu’il y a des hommes civilisés et d’autres barbares alors je suis moi-même barbare, que ces catégories de barbares et de civilisés doivent être interrogées. Lévi-Strauss reprend là une idée de Montaigne, auteur humaniste du XVIe s., qui écrivait dans les Essais : « chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de son usage ».



  • La Vénus noire de Abdellatif Kechiche (2010)

Ce film retrace une histoire vraie : celui de la "Vénus Hottentote" au XIXe siècle.